Instagram VS ma vie

instagram vs reality

Crédit photo : Celeste Barber

J’ai vu ce WE un sketch de  Florence Foresti au sujet d’Instagram et comme à son habitude, elle a visé juste. Non mais c’est vrai ! Si je fais ma vie VS Instagram au premier degré, il y a de quoi déprimer sévèrement…

Il y a les fit girls super gaulées qui arrivent à te faire oublier à quel point tes efforts à la salle paient. #onlâcherien

Il y a celles qui ont toujours bonne mine, qui semblent avoir 10 ans de moins que toi (alors que non), alors que si essaies de faire un effort de maquillage, tu ressembles à ET pendant sa soirée d’Halloween #makedown

Il y a ceux qui font des plats et des desserts qui te font trop envie, mais si toi tu essaies, ça ne ressemble à rien (true story : cette semaine j’ai voulu faire une recette de soupe qui était orange sui la photo, hé bien la mienne était verte).  #topchef

Il y a les déco de maison témoin, dans des surfaces avoisinant celles d’un entrepôt, avec des détails dignes d’un professionnel. Et le pire, c’est le hashtag “diy”, ou encore “action”. Non parce que personnellement, quand je vais chez Action, je ne trouve jamais ce genre de trucs pour décorer ma maison. Mais les gens d’IG savent dénicher l’objet rare ou bien sublimer le banal. #essaieencore

Il y a les blogueuses qui ont des milliers de followers. Elles sont arrivées avant-hier (j’exagère à peine ^^) alors que toi, t’avoisines la décennie sur la toile et tu n’en a même pas 500. #echec

Il y a ceux qui sont toujours en vacances. Pas au chômage dans la Creuse hein. Ceux qui sont à Dubaï, aux Maldives, qui font des photos de folie furieuse dans des endroits ou tu n’iras peut-être jamais. Tu te demandes dans quoi ils bossent et là tu lis leur légende “tout ça, c’est grâce à vous” #globeloser

Il y a les nana super lookées avec du H&M, alors que tu penserais que ça sort de chez un créateur. Toi, tu mets tes fringues le matin et ça passe. Elles, on dirait qu’elles font la couv’ de Vanity Fair. #glamourunjour

Il y a les photos de couple ultra glamour. Toi, si tu arrives à avoir une photo où vous souriez en même temps & où les gosses ont bien cadré, tu peux t’estimer plus qu’heureuse. Eux, c’est le Festival de Cannes #patrick PASdemarchelier

Moralité : mieux vaut ne pas trop traîner sur IG !

Nos sorties cinéma du mois

Au programme pour nos sorties cinéma : La reine des neiges 2, La famille Addams et Jumanji : Next level !

cinema la reine des neiges 2

La fin d’année est l’occasion de découvrir le nouveau volet de La reine des Neiges, tant attendue par ma petite qui adore l’histoire des deux soeurs. Pour ce dessin animé, nous étions deux mamans et quatre petites filles de 3, 4, 5 et 8 ans. La plus grande y est allée en traînant les pieds et pourtant… tout le monde a aimé ! Enfin, nous les adultes, nous serions bien passées de l’entêtant “Dans un autre monde“; presque pire que “Libérée, délivrée“, c’est dire… Mais les images sont très belles, l’émotion est toujours présente et la relation d’Anna et Elsa encore plus forte.

cinema la famille addams 2019

Autre sortie ciné, cette fois-ci juste avec mes deux filles (8 et 4 ans) : La famille Addams. Je n’étais pas particulièrement attirée, mais ma grande a vu l’affiche et m’a dit “ça a l’air troooop bien !“. J’ai trouvé les critiques hyper sévères, le dessin animé se regarde bien, il n’est pas trop long (une toute petite heure et demie) et les filles ont ri à plusieurs moments. Malgré tout, ma petite a eu du mal à rester concentrée le dernier quart d’heure (contrairement à la séance de la reine des neiges, plus adaptée à presque tous les âges). Il y a une jolie morale : ne pas se fermer aux autres, essayer de les découvrir et ne pas juger. L’histoire n’était pas trop démago pour une fois. Pour moi, certaines blagues ne sont pas accessibles aux moins de dix ans. En tous cas, elles m’ont dit que c’était super et… trop court !

J’ai adoré faire découvrir le Jumanji original à mes enfants et mon frère. J’ai été moins emballée par la version moderne, même si les filles ont adoré. Ma grande a eu le plaisir et la chance de voir le tout dernier opus en 4DX. C’était dément ! Son papa a également passé un bon moment et malgré mes a priori, ce n’est pas “too much” (bon… ça reste du grand spectacle tout de même). Si vous avez la possibilité de le voir en 4DX, courez-y ! J’ai longuement entendu parlé d’une scène incroyable avec un hippopotame ^^.

Je vous souhaite de belles séances en famille !

 

 

“Ce n’est vraiment pas simple pour nous, les femmes” – concilier sa vie pro et perso

Je ne vous apprends rien, quand on est parents et surtout quand on est mère : il est difficile de concilier sa vie pro & sa vie perso.

Dernièrement, j’ai rencontré une nouvelle collègue hyper dynamique, qui semblait vouloir s’investir à fond dans ses nouvelles fonctions. Simplement, après une semaine de formation, elle a du mettre fin à son contrat. La raison ? Son enfant ne s’adaptait pas à la crèche. De plus, elle n’avait possibilité de ne le laisser que 4 jours par semaine. Alors elle a du partir, puisqu’elle ne pouvait pas se libérer chaque après midi pour aller le récupérer, et qu’elle n’avait pas de solution pour le jour OFF de la crèche.

Nous en avons bien évidemment parlé en interne, et ma N+1 a conclu en disant “non, vraiment, ce n’est pas simple pour nous, les femmes“.

Et c’est malheureusement tellement vrai ! On a beau dénoncer la charge mentale, assumer nos envies de travailler / avoir du temps pour nous, chercher à nous affranchir de nos rôles de mères… la société, les mentalités ne nous aident pas tant que ça. On démocratise le télétravail, mais pas partout. On regarde trop souvent de travers celles qui sont à temps partiel. On tousse quand la comptable pose un jour enfant malade, on râle si le gosse ne se remet pas vite. “Et le papa, il ne peut pas poser de jour ?”. Parlons-en ! Devinez pourquoi les papas ne posent souvent pas de jours OFF dans ces cas là : car ils ont bien plus souvent des postes à responsabilités ou sont tout simplement mieux payés, et qu’il n’est pas toujours évident de sacrifier plusieurs jours de salaires quand on n’a plus de CP.

concilier vie pro vie perso

Oui, Michel, je vous prépare le compte-rendu et j’arrive

La verité, rien que la verité

Parfois je songe à donner des conférences auprès des classes en études supérieures pour leur dire ce qu’il se passe de l’autre côté du miroir, non pas pour les effrayer, mais pour les préparer et les armer :

“Ok les filles, vous étudiez pour faire un boulot qui vous plait. Une fois que vous l’aurez décroché (si vous y arriver), accrochez-vous après le retour du congé maternité ! Tout d’abord, ne laissez personne sous entendre que vous serez moins investie / productive. Et battez-vous pour votre famille, imposez vos choix, vos règles du jeu au travail. Montrer que vous êtes dans le game, et que vous êtes des guerrières.”

Est-ce que je rêve, ou est-ce que ça arrivera un jour ?

P.S : je sais que les pères sont investis dans la vie de famille (je glorifie mon mari chaque jour), le débat n’est pas là. J’espère que vous l’aurez compris !

Je suis venue te dire, de Cynthia Kafka

Ce n’est jamais simple de lire le roman de quelqu’un qu’on connaît et qu’on apprécie. En recevant le roman de Cynthia, je me suis promis de rester neutre, d’oublier qu’elle est ma copine et de faire comme si on m’avait recommandé cette lecture.

Voici le pitch : Après dix ans d’absence, dans une ultime tentative de s’affranchir de son passé, Rose revient à Chantilly. Cette fois ci, son géniteur ne pourra pas fuir. Hospitalisé en soins palliatifs, il devra s’expliquer et vite : ses jours sont comptés. Mais la situation échappe à la jeune femme lorsqu’elle découvre qu’il ne pourra pas lui répondre, seulement l’écouter. Ses souvenirs de petite fille ainsi que ses choix d’adulte l’aideront-ils à se livrer, à se découvrir, et à enfin se trouver ? Et si elle était plus forte qu’elle ne veut bien l’admettre par peur de se décevoir elle-même ?« Je suis venue te dire … » est un roman contemporain résolument optimiste, où le deuil côtoie l’espoir et où la mort offre parfois le courage d’oser.

Je l’ai commencé à la fin du printemps et le rythme avec mon nouveau job me l’a fait mettre de côté. Mais à mon arrivée en Toscane je m’y suis replongée et… je ne l’ai pas lâché !

Cynthia a le don de nous faire croire qu’elle écrit un truc hyper léger car son écriture est fluide et nous transporte. Mais elle nous dupe ! J’ai à de nombreuses reprises du le poser tellement ma gorge était serrée, j’ai souri aussi, parfois même ri car même si l’histoire m’a remuée, elle est très positive. Chaque chapitre a fait echo en moi, même si je n’ai pas vécu la même histoire que l’héroïne. Sa façon d’écrire m’a touchée, j’ai pu me retrouver dans certains passages.

C’est une très belle lecture que vous invite à découvrir par ici :

Mes fails beauté / les achats qui ne servent à rien (sauf à te ruiner^^) #mardibeauté

L’une des mes premières motivations pour ouvrir ce blog fut le fait de partager sur la toile mes trouvailles et mes avis. Je ne sais pas vous, mais j’adore lire les commentaires et les articles au sujet d’un produit que je souhaite acheter. Malheureusement, depuis quelques années avec l’achat des avis et les articles sponsorisés, j’ai parfois eu du mal à avoir un avis réellement objectif sur un produit.

Alors cet été, je me suis dit qu’il serait temps d’écrire mon propre avis sur des articles que j’ai achetés, testés sur plusieurs mois et pour lesquels je me suis dit…. “quelle connerie, ce truc !”

J’ai scindé par catégorie, pour que ce soit plus clair :

1/ Les poils

Je vous avais déjà parlé il y a plusieurs mois de l’épilation à la lumière pulsée avec l’appareil Philips que j’avais acheté : ce n’était pas un franc succès, vous trouverez l’article par ici :

La lumière pulsée & moi

La seule technique qui a fonctionné de manière radicale reste le laser ! Et la dernière fois que j’ai dit ça, on m’a parlé du sérum d’oeufs de fourmis qui aurait un effet radical sur la pilosité. Ni une, ni deux, j’ai passé commande sur Amazon et j’ai reçu le flacon (qui, au ratio prix / mL est un petit luxe à lui tout seul) :

Il faut l’appliquer les cinq soirs suivants l’épilation à la cire ou à l’épilateur, pendant au moins six mois. J’ai suivi le process et… aucun miracle ! Mes poils sont toujours là, n’ont pas changé au niveau de l’épaisseur ou de leur densité.

2/ Les dents

Je rêve d’avoir un sourire ultra bright à l’américaine. Forcément, quand j’ai vu sur les réseaux sociaux des photos avant/après montrant l’efficacité du dentifrice Nuskin, je me suis laissée tenter.

D’après les avis sur le net, j’allais halluciner en seulement deux semaines, mes dents seraient radicalement plus claires, plus blanches, une vraie animatrice télé. Sauf que… il ne s’est rien passé du tout. Je n’ai vu aucune différence, j’ai fait des photos avant et après… Rien à faire, aucune amélioration.

Je suis donc allée chez mon dentiste et il m’a appliqué une sorte de pâte rouge sur les dents, puis il m’a placée sous une lampe chauffante. Avant de commencer, il m’a expliqué que ce ne serait pas radical, que le produit devrait se diffuser au fur et à mesure mais que le résultat dépend toujours des personnes.

Verdict : en sortant, j’ai vu une légère différence (très probablement à cause de la photosensibilité) mais rien de fou. Je ne re-tenterai pas l’expérience.

3/ Les cheveux

Depuis un peu plus de deux ans, je fais des lissages brésiliens : c’est la seule méthode qui me permet de dompter mes cheveux, d’être coiffée sans rien faire le matin et de ne pas ressembler à Mufasa. Juste avant mes vacances, je devis le refaire mais la coiffeuse n’était pas disponible. Pour patienter avant la rentrée, j’ai souhaité essayer le soin au botox dont j’avais entendu parler un peu partout.

Le principe est simple, il faut laver ses cheveux avec le shampoing spécial, rincer puis appliquer le produit. Après la pose, on rince (pas totalement) puis on sèche et enfin, on passe les plaques.

Je n’ai vu aucune différence sur mes cheveux. Au contraire, je les ai trouvé moins beaux, bien plus galère à coiffer !

En revenant de vacances, j’ai refait mon lissage (seule) et encore une fois : résultat au top. Je vous remets le lien du billet que j’avais écrit sur le sujet :

J’ai testé pour vous : le lissage brésilien Perola #mardibeauté

Et vous, quels sont vos fails en test beauté ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire !

Toys Story 4 & Le Roi Lion

Nous avons amené les filles au cinéma voir deux affiches fortement attendues chez nous : Toys Story 4 et Le Roi Lion.

Avant de vous donner notre avis, je vous rappelle les âges de mes enfants : 8 ans pour la grande et 3 ½ pour la petite. Effectivement, cela peut paraître « jeune » pour aller au cinéma mais elle y  va depuis un an maintenant et en fonction du film, elle arrive à ne pas s’impatienter.

Little O, grande fan de Woody, Jessie et Buzz l’attendait de pied ferme, visionnant régulièrement la bande annonce et les teasers. Miss G avait hâte aussi, elle aime les 3 premiers épisodes. Elles ont passé un super moment, et ma grande m’a dit que ce dernier opus était son favori. Pour ma part, je l’ai trouvé « sympa » mais j’ai réellement préféré le précédent (même si je dois avouer que la fin me fout les boules à un point….). J’ai eu du mal avec les personnages des peluches de la fête foraine (je les ai trouvés un peu… caricaturaux dirons-nous) mais j’ai apprécié les doublages de Pierre Niney et Angèle, qui collent bien avec leurs personnages. Malgré tout, je le recommande, c’est à voir si on aime la bande de jouets car leur « vie » prend un nouveau tournant !

Pour le Roi Lion, très fortement attendu aussi chez nous (si nous n’avons pas vu le dessin animé environ 300 fois, nous ne l’avons pas vu du tout), nous avons tous des avis différents : la petite s’est endormie (son âge, la semaine entière au centre aéré, l’horaire de la séance y sont évidemment pour beaucoup), la grande a adoré (même si ce fut beaucoup d’émotions pour son petit cœur sensible), mon amoureux a été bluffé par les images (sachant que tout est en synthèse) mais a trouvé comme moi le temps assez long ; c’est la vraie copie du dessin animé, même les dialogues sont (quasi) les mêmes (oui, je le connais par cœur). Les chansons ne m’ont pas emballée, alors qu’elles sont les mêmes aussi, mais avec de nouvelles voix. Je trouve que la magie Disney se ressent moins, je ne sais pas trop comment l’expliquer. Même pour le générique, je n’ai pas accroché avec la nouvelle version de la chanson. Et les doublages….. Je n’ai pas été convaincue par Jamel… Pour avoir vu il y a 3 ans l’adaptation du Livre de la Jungle que j’avais adorée, je m’attendais à un film à la hauteur. J’ai été un peu déçue…

Néanmoins, cela reste une occasion d’une belle sortie en famille, en fonction de l’âge de vos enfants !

Deux soeurs

J’avais envie de vous raconter une journée type à la maison, avec deux petites filles. Je ne connais pas trop les relations fraternelles car mon frère et moi n’avons pas grandi ensemble. En effet, nos parents ne sont pas séparés mais nous avons un écart d’âge assez conséquent alors nous n’avons pour ainsi dire rien partagé de notre enfance, puisque j’étais quasi ado lorsqu’il est né.

Aussi, je suis toujours en admiration devant la relation que se créent mes filles. Mais je dois reconnaître que c’est une relation assez… déconcertante 😉

Elles peuvent jouer paisiblement ensemble pendant plusieurs heures, puis partir en vrille pour une raison qui bien souvent m’échappe et après une bonne dispute, se rabibocher.

Résultat de recherche d'images pour "gif bored"

Petit florilège de ce que j’entends (et qui me fait souvent marrer en secret) :

-Arrête de me regarder !!! Mamaaaaan, elle me regaaaaarde (crime suprême !!!!)

-T’es plus ma copine

-T’es méchante !! Très trèèèèès méchante

-T’es un bébé cadum (et ce n’est pas forcément celle qu’on croit qui le dit !)

-T’as pris ma place !!! Mamaaaaan, c’est MA place sur le canapé !

-Arrête de me toucher !

-Arrête de me coller / de tout faire comme moi / de regarder la même chose que moi

-Ho, c’est ce jouet que tu voulais que je te prête (sur un ton hyper doux) ? Hé bien c’est non (tout de suite, le ton devient plus ferme !)

-C’est MA maman !

-Han laalaaaaaa, je vais le diiiiiiire

-T’es pas gentille

Et ça peut durer quelques minutes ou bien…. toute la journée ! Mais tout à coup, sans qu’on sache d’où ça leur vient, le calme les gagne. Et on les entend rire aux éclats alors que trois secondes avant, elles se comportaient comme des chiffonnières. La complicité reprend le dessus et je ne peux que m’attendrir devant ce joli spectacle. Et laisser mes oreilles se reposer !!

Et chez vous ? ça se passe comment ?

PS : si vous aimez ce billet, n’hésitez pas à le partager 😉

 

 

Mais quand avons-nous lâché nos rêves ?

Récemment j’ai revu le film “Jour J” de la talentueuse Reem Khereci. D’ailleurs, on nous a récemment prêté une certaine ressemblance (que je cherche encore) mais je peux vous dire que ça m’a fait la journée.

Résultat de recherche d'images pour "gif happy"

Dans ce film, on la voit très souvent avec sa petite fille intérieure, c’est un peu le fil conducteur qui nous permet de comprendre pourquoi son personnage est comme ça. Et forcément, j’ai pris la main de ma petite fille intérieure, à moi, quand le générique de fin s’est affiché.

Résultat de recherche d'images pour "jour j film"

Qu’est ce qu’elle espérait, cette petite fille ? Tellement de choses… Elle voulait avoir un mari gentil, beau, attentionné (ça, c’est coché !), avoir des enfants (l’inconsciente) et être heureuse. Pour le moment, on a tout bon. Mais elle rêvait de plein d’autres trucs ! Elle voulait être styliste, ou avocate. Peut-être maîtresse d’école / prof de langues. Ou traductrice. Et pourquoi pas écrivain ? Bosser dans la comm’, avoir sa propre agence de relations presse (Samantha Jones ^^), ne dépendre de personne et gérer sa boîte. En regardant l’héroïne du film,  à la tête d’une agence de wedding-planning, je me suis souvenue que je m’imaginais comme ça quand j’étais ado : working girl, menant de front sa vie pro et perso sans avoir de patron (avec un look plutôt sympa mais je ne me déçois pas trop sur ce point là).

Mais alors… à quel moment ça a planté ? Je ne saurais même pas le dire. Mais suite à une discussion avec une collègue puis à un post en story sur IG, je me suis aperçue que nous étions très nombreuses à avoir lâché la main de notre petite fille intérieure.

Les réponses que j’ai reçues étaient toutes unanimes : il est ultra difficile de garder ses passions  ou d’atteindre avec le quotidien et les contraintes financières nous poussent la plupart du temps à oublier les rêves que nous avions. Pour ma part, je n’ai personne à blâmer, à part moi-même : j’ai fait mes choix, je les assume. Ils me mèneront tôt ou tard là où je veux être. J’ai juste pris un chemin un peu plus long que prévu.

Mais alors (bis repetita) : pourquoi certaines y arrivent ? Est-ce qu’elles ont sacrifié quelque chose que nous avons, au profit de leur épanouissement personnel / professionnel ? Ont-elles fait une croix sur leur vie de famille ? Personnellement, je ne le crois pas. Je reste persuadée que si on ne lâche rien, on obtient tout ce qu’on veut. Peut être pas tout de suite, bien évidemment je ne vais refermer mon ordinateur et rédiger une lettre de démission pour me lancer dans un nouveau projet.

Je garde en tête que tout vient à point à qui sait attendre.

Et vous ?!

 

Cette histoire de mercredi

Depuis quelques mois, je suis au bureau le mercredi. Cela ne m’était pas arrivé depuis ma première grossesse (près de dix ans !). Jusqu’à ma démission et la prise de mon nouveau poste, j’étais en télétravail le matin ce jour-là, puis libre l’après-midi.

Vous dire que je n’ai pas appréhender cette nouvelle organisation serait vous mentir, mais je dois dire que finalement, j’ai réussi à me faire confiance. Bien évidemment, cela implique une nouvelle logistique : avant, je pouvais me lever tôt le mercredi pour gérer les machines, le ménage, avant de me mettre à travailler à 09h.

Le point qui m’avait le plus retenue pour sauter le pas était le centre de loisirs pour mes enfants : figurez-vous qu’elles sont encore en vie, même en y passant tous leurs mercredis ! Avec du recul, même si j’ai passé de très bons moments avec elles pendant plusieurs années ce jour-ci, je trouve ce nouvel emploi du temps plus sain pour elles et moi. On ne va pas se mentir, travailler avec des enfants dans les parages est loin d’être simple et je dois reconnaître que j’ai souvent activé le mode dragon.

Non, la vie n’est pas comme sur Instagram : je pourrais dire que nous passions nos mercredis après-midis à pâtisser après des ateliers Montessori et une virée au parc. La vérité vraie, c’est que je passais une bonne partie de mon temps à pester et à ranger leur bazar (qui m’avait permis de bosser en paix quelques heures avant), et à ne plus être la maman que je voulais.

Alors oui, je l’avoue, parfois j’ai un petit pincement au coeur en me disant qu’on pourrait être en train de regarder un dessin animé toutes les trois. Puis je me promets de me dégager du temps pour elles le week-end venu et de poser très prochainement une journée de RTT !

Et vous, bossez-vous le mercredi ?

Maman

Il y a celles qui sont en avance devant la grille le matin. Il y a celles qui sont toujours en retard ou qui oublient le carnet de santé chez le pédiatre.

Il y a celles qui pensent à faire le gâteau pour le carnaval. Celles qui sont toujours là à 16h30 même si elles aimeraient parfois être ailleurs. Il y a celles qui sont ailleurs mais qui aimeraient être là à 16h30.

Il y a celles qui crient, celles qui courent, celles qui foutent la honte, celles que tout le monde adore.

Il y a celles qui se demandent si elles font bien, celles qui doutent de tout ce qu’elles font, celles qui n’osent pas demander de l’aide, celles qui sont sûres de faire les bons choix.

Il y a celles qui pleurent quand on coupe les cheveux de leur bébé et celles qui sont pressées de les voir grandir.

Il y a celles qui versent leur larme en découvrant leur cadeau de fête des mères et celles qui se moquent des créations enfantines.

Il y a celles qui n’en peuvent plus d’entendre “Maman” à longueur de journée et celles qui donneraient leur vie pour l’entendre juste encore une fois.

Elles sont toutes différentes, avec leurs ambivalences.

Mais finalement, Elles sont toutes un peu Nous, non ?

Alors bonne fête aux mamans, quelles qu’elles soient <3