Giveaway Rainett Baby

Ha, les joies de la diversification alimentaire sur les vêtements de nos enfants… Oui, on reconnaît facilement ce qu’ils ont mangé en regardant l’état de leurs vêtements (je ne savais pas que la carotte était si tenace). Puis lorsqu’ils crapahutent, ce sont les traces du sol qu’ils ont lavé en rampant qui ruinent leurs fringues. Et là, je vous propose un nouvel allié pour déjouer tout ça : la gamme Rainette Baby, déclinée en spray détachant / lessive / assouplissant. Rainett Pour jouer, rien de plus simple : laisser un commentaire ci-dessous en donnant une de vos astuces pour éliminer les tâches. Il y aura 2 gagnantes, qui seront tirées au sort par Random. Le jeu se termine le mercredi 4 mars à 23H59 et est ouvert à la France métropolitaine. Bonne chance!

D.

Edit : les gagnantes sont Julesetmoa et Aurelie Emma. Un grand merci à toutes pour vos participations et vos conseils, j’ai noté les astuces que je ne connaissais pas. A bientôt !

Quand elle n’est pas là

fano pesto

On cuisine bien, ensemble, non ?!

On a longtemps cru qu’il nous serait impossible de passer une nuit loin d’elle. Et puis on a muri, chacun a bien trouvé sa place et on l’a laissée s’envoler un peu.

Quand elle a émis le souhait de passer quelques jours chez son papy et sa mamy pendant les vacances, on ne s’est même pas posé la question et on a tout organisé avec mes parents (qui sont au top).

Alors, quand elle n’est pas là, on profite du silence et du calme.

On parle sans être interrompus toutes les deux minutes.

On ne s’énerve pas à table.

On prend le temps.

On se fait un resto à l’improviste.

On parle fort dans la maison mais parfois on se met à chuchoter comme des abrutis par habitude.

On fait un truc qu’on adore partager ensemble depuis toutes ces années : on cuisine tous les deux. Si je trouve le temps et l’énergie, il n’est pas impossible qu’un blog cuisine voit le jour. Mais je ne suis pas encore convaincue.

Bref, quand Miss G n’est pas là, on ne l’oublie pas. Mais nous, on s’oublie moins.

C’était mon mardi tout doux pour la jolie Maman at home.

Ma semaine en images

Le récap très tardif, mais ce fut un intense et très joli WE !

 

 

photo 2

On va peut être tenir un blog cuisine #staytunned

photo 3

La tenue du lundi

photo 4

Un dîner en tête à tête dans un restaurant indien dont je vous reparle rapidement

photo 1

 

Mes bottines chéries

photo 2

Les meilleurs yaourts de la terre

 

photo 3

Mettre 2h30 à rentrer à cause d’un obus #priceless

 

photo 4

 

Etre sa meilleure maman de la Terre en 12 minutes

 

photo 5

Foulard snood diy

 

photo 1

Sunny happy sunday

 

photo 2

 

On a testé le cooking chef de Kenwood (et on n’est pas convaincus)

photo 1

Ma fille me photographie

C’était mon récap pour Manue et Virginie B. Et chez vous, c’était comment ?!

D.

Relooker une cheminée easy peasy

Quand nous sommes arrivés dans la maison, nous n’envisagions pas de garder la cheminée.

Elle sentait mauvais, mais nous avons rapidement compris qu’elle avait besoin d’un bon ramonage et depuis, on ne sent plus le cochon grillé (elle ne dégage plus d’odeur c’est hallucinant quand je pense au jour de l’emménagement). Si nous avions eu le choix, nous aurions mis un poêle à granules mais l’insert étant très récent et n’ayant nullement l’envie de jeter l’argent par les fenêtres, la cheminée faisait bien l’affaire.

Sauf que les briques oranges so 80’s avec un sol moderne en grès gris c’est moche (on a changé le carrelage). Il fallait faire quelque chose pour la moderniser mais en tenant compte de la haute température à laquelle les briques sont soumises quand on fait du feu et sans dépenser une fortune non plus :

relooking cheminée avant

Impossible de faire un béton ciré car il aurait craqué, galère de changer les briques. Mais c’était sans compter sur mes heures passées sur Pinterest and Co. Un soir, la lumière fut : on va tout repeindre en noir.

Coût de l’opération : un pot de peinture Jullien spécial fer (foi du monsieur de chez Casto, ça résiste à plus de 200•C ) et des joints réfractaires pour barbecue.

Première étape : aspirer toute la partie à repeindre, même en dessous

Deuxième étape : peindre, en insistant bien sur les joints.

Troisième étape : passer une deuxième couche.

Quatrième étape : admirer.

relooking cheminée après

Attention aux poils du pinceau qui adorent se détacher pour se coller sur la peinture. Et je ne saurais que trop vous conseiller de protéger les murs et tout ce qui est en limite à la zone à peindre, à moins que vous ne soyez doués du pinceau (moi non, CQFD).

Je l’ai fait cet été, alors je peux vous donner mon ressenti après plusieurs mois d’utilisation intensive de la cheminée : c’est très salissant, dès qu’on ouvre l’insert pour ajouter une bûche, toute la poussière sort et je vous conseille de bien nettoyer à chaque fois. Ensuite, il y a quelques endroits où la peinture a sauté, donc je devrai repasser deux bonnes couches ce printemps. Mais je ne regrette pas ce changement de couleur.

cheminée

Si l’envie vous prend de moderniser la votre, j’aimerais bien voir !

C’était mon jeudi création pour Thalie à Paris.

D.

Blogueuse, ça rime avec buse ?

Quand on ouvre un blog, on ne sait pas ce que ça va donner. Au départ, on souhaite partager, échanger et on se dit qu’on a des centaines de choses à raconter.

Puis on découvre les autres blogs, on les admire pour leur plume, et on voit qu’il y a des marques qui en sollicitent certains #megaclasse. Alors on se dit “bah pourquoi pas moi ?”. Et puis un jour, ça nous arrive. On reçoit des mails pour se voir proposer des partenariats, on est invité à des évènements sympa.

Je ne reviendrai pas sur une mésaventure sans gravité survenue hier, d’autant plus que j’ai peut-être ma part de responsabilité dans le problème de communication avec l’annonceur.

Mais je vais vous raconter un truc qui m’est arrivé l’année dernière et que j’ai trouvé très limite comme dirait l’autre : un soir de février 2014, je consulte la boîte mail de mon ancien blog. Surprise et satisfaction, une enseigne que j’affectionne depuis des années, pour qui j’ai été fournisseur (et avec plaisir), me propose de m’envoyer une box surprise.

Je n’en reviens pas, moi ! Mini blogueuse, bien loin des milliers de pages vues quotidiennement, loin d’être en Une Hello Coton chaque jour et à la ramasse niveaux commentaires ! Bien entendu, j’accepte et envoie mes coordonnées (en souriant car j’ai été stagiaire dans cette agence, exactement au même poste, nostalgie quand tu nous tiens).

Et j’attends. Et j’attends. Et… je vois fleurir sur les réseaux sociaux des photos de cette fameuse box, arrivée chez les comparses blogueuses. Mais toujours rien chez moi. Je suis parfois naïve, la Seine et Marne c’est limite l’étranger, ça va peut être mettre plus de temps.

Mais toujours rien. Alors je mets ma fierté de côté et envoie un mail en demandant si ma box (que je n’ai absolument pas demandé, je le rappelle) ne s’est pas perdue.

Et je reçois la réponse. Qui me laisse sans voix : en résumé, ils m’ont oubliée (limite ils ont failli ajouter qu’ils ne savaient même pas pourquoi ils me l’ont proposée) et puis de toutes façons, ils n’en ont plus. Néanmoins, pour me dédommager, ils m’envoient des petits cadeaux et je recevrai la prochaine box. HA HA HA. Je voulais répondre que c’était ultra vexant et que ce n’était pas la peine, et puis j’ai eu peur de passer pour une diva qui fait un caprice. Et puis c’est sympa, ils m’envoient un truc, je ne vais pas jouer ma relou (n’importe quoi).

Les mois passent, j’attends la box. Même scénario, elle arrive chez beaucoup de monde mais pas chez moi. Je leur renvoie un mail, silence radio. Puis finalement je parviens à avoir une réponse via les réseaux sociaux : c’est la faute de la stagiaire qui est partie depuis (je connais cette excuse, on s’en sert au bureau), et comme ils n’ont pas de boîtes pour tout le monde (scoop), bah je ne l’aurai pas. Oh wait, j’ai l’impression de faire ma gratteuse et je déteste cela.

J’ai écrit une réponse, je l’ai effacée car je la trouvais trop cassante et j’ai envoyé un truc plus soft en expliquant l’historique et que je ne comprenais pas leur mode de fonctionnement. Mais avec cette année de recul, j’aurais du leur dire de m’effacer de leur fichier. On ne va pas se mentir, c’est très agréable de recevoir des cadeaux dans sa BAL le soir. De se dire que la passion qui nous anime pour tenir ce blog ne laisse pas tout le monde de marbre et qu’on a peut être un petit potentiel qui plaît. Et dans le même temps, à quoi ça sert tout ça ? Comment doit-on prendre le fait d’être mis de côté alors qu’on n’a rien demandé au départ ? Est ce que le nombre de cadeaux reçus est proportionnel à toute l’énergie qu’on met dans notre blog ?

Je le dis clairement, je continuerai à accepter les (très très rares) propositions qui me sont faites et qui me font plaisir. Mais je garderai en tête que ce blog, c’est mon plaisir à moi. Et peu importe la marque qui fait un truc limite, je ne prendrai plus de gants. Quitte à me griller. De toutes façons, je ne suis personne dans cette immensité qu’est la blogo. Mais je suis moi !

D.

 

Le Kidsleep dans la chambre de Miss G

Quand on a un enfant qui se lève aux aurores tous les jours et particulièrement le WE, on est prêts à tout.

J’aurais pu faire du vaudou ou allumer des cierges tous les soirs pour grappiller quelques précieuses minutes de sommeil. Mais j’ai choisi une solution plus simple : acheter un Kid Sleep.

Kid spleep

C’est un petit appareil avec deux positions : un mouton qui dort et un autre qui court. En fonction des heures de coucher / lever réglées, la partie concernée s’allumera. Il devient donc un repère pour l’enfant qui saura s’il est l’heure de fanfaronner dans la maison.

La première nuit, ça a marché : nous avions réglé le lever sur 08h15, elle a attendu que le mouton se mette sur la position “jour” pour sauter dans notre lit.
La deuxième aussi, d’ailleurs elle nous a entendus nous préparer donc elle nous a dit “ba mon mouton il fait dodo et vous êtes levés alors moi ze comprends rien” (j’avais oublié de changer l’heure…).
Mais rapidement, ça n’a servi qu’à faire office de veilleuse alors que jusque là, elle dormait dans le noir complet. Elle le mettait dans son lit, et n’arrivait pas à s’endormir à cause de la lumière. Et puis surtout, le mouton ne l’influençait plus du tout dans ses horaires de lever.

Donc je ne saurais vous donner un avis positif sur ce produit, qui a été efficace chez nous deux matins. Après, c’est l’école qui nous a permis de dormir plus longtemps car elle a besoin de récupérer.

Je ne recommanderais pas ce produit car son efficacité reste aléatoire. Néanmoins si vous souhaitez essayer, il y en a à vendre sur le bon coin. J’ai acheté le mien dans les 10 euros, donc pas de regrets.

D.

Un japonais en grande distribution

Je dois avouer que même en adorant la vie dans le village, il me manque des petites choses comme un Monop’ et un bon japonais à proximité. Bien sûr, il y a des restaurants pas loin mais quand ils proposent des sushis / des nems / des pizzas sur la même carte, ça ne m’inspire pas confiance.

Depuis plusieurs années, je voyais l’enseigne Carrefour proposer des plateaux de sushis, makis et autres plats japonais mais je criais toujours haut et fort que ce ne devait pas être terrible.

Et puis ce WE, en passant devant l’îlot du rayon poissonnerie où les préparateurs s’activaient à couper des tranches de poissons crus, nous avons voulu essayer. Nous avons choisi un assortiment de makis et un tartare de saumon sur riz gluant (une sorte de chirachi mais sans riz vinaigré et avec des morceaux de saumon coupés différemment). Cela nous a coûté 23 euros, ce que je trouve raisonnable, et nous n’avons pas été déçus.

photo 3

Le poisson était frais, nous étions rassasiés. Si vous n’avez pas de restaurant japonais près de chez vous, c’est une bonne alternative.

D.

Ma semaine en images

Des envies de soleil mais surtout de chaleur, vivement le printemps….

Ici la semaine s’est bien passée, j’espère que pour vous aussi.

Au programme :

1. Une tenue du jour
2. La visite médicale
3. Street art dans Paris
4. Qui a parlé d’heures d’affluence au village ?
5. Paris ❤️
6. Mes amours et des poissons
7. Un dej exotique
8. L’heure du café
9. Mes nouvelles baskets (happy Valentine’s day)

photo 1 photo 2 photo 3 photo 4 photo 1 photo 2 photo 3 photo 4 photo 5

C’était mon récap pour Manue et Virginie B. Et chez vous, c’était comment ?!

Belle nouvelle semaine !

D.

La poussette Priam de Cybex

Il y a chez nous une nouvelle chaise qui ne laisse pas indifférent :

chaise dsw eames

J’en profite pour remercier Agnès et ses conseils pour trouver une chaise DSW d’inspiration Eames sans vendre un de mes organes.

La marque Cybex a lancé une poussette en hommage aux designers Ray & Charles Eames, pionniers en matière d’élégance, de modernité et de design minimaliste :

POUSSETTE PRIAM SIEGE LUXE - CYBEX 3

Son châssis en aluminium est inspiré de l’armature croisée des pieds du fauteuil en plastique d’Eames. Les embouts modulables, sa fonctionnalité 3-en-1, l’association du métal et le similicuir font tous échos à la « Lounge Chair » des Eames.

Multifonctionnelle, la PRIAM combine un système 3-en-1 complet :

POUSSETTE PRIAM NACELLE_AUTUMN GOLD - CYBEXPOUSSETTE PRIAM SIEGE LUXE - CYBEX 2POUSSETTE PRIAM SIEGE LIGHT_AUTUMN GOLD - CYBEX

Une poussette avec nacelle assortie (de la naissance à 6 mois environ), un système de voyage avec l’une des coques CYBEX ou comme poussette sportive luxueuse face ou dos à la route. Un adaptateur central fourni avec la poussette permet de moduler les variantes en toute facilité.

Il existe des roues pour chaque surface : Light, Tout-terrain ou Trekking.

Le pliage est ultra compact, facilitant son rangement au restaurant, dans le train ou dans l’entrée à la maison. Elle peut également être repliée complètement afin d’être rangée à plat pour une ballade en voiture.

Autre point sympa, sa hauteur de siège lui permet de devenir chaise haute d’appoint au restaurant.

Vous pouvez également configurer les options de votre poussette sur le site cybex-online.com.

D.

 

 

Les 20 ans qui s’éloignent

Crédits : Serg Myshkovsky

Crédits : Serg Myshkovsky

On m’avait prévenue qu’en entrant dans la vie active, les années allaient défiler et que ce serait encore plus rapide une fois devenue maman Je dois dire que c’est vrai : alors que dans ma tête, j’ai soufflé mes 20 bougies avant hier, sur le papier c’était il y a 9 ans.

Entre temps, les choses ont pas mal bougé, des personnes sont entrées dans ma vie tandis que d’autres en sont sorties. Tenez par exemple, la candeur m’a un peu lâchée. Elle est chipie alors elle n’est jamais bien loin mais elle a laissé sa place à la lucidité. Cette dernière est un peu plus cruelle mais je la pardonne car elle me déçoit moins (mais les licornes pailletées me font coucou encore parfois). Et puis je dis bien plus ce que je veux ou pas, probablement car j’ai envie que ma fille se prenne moins la tête que moi alors j’essaie de lui montrer l’exemple.

Quand je me retourne, je les vois, mes 20 printemps. Je me revois avec mon carré court et bouclé fanfaronner “vivement les 30, il paraît que c’est mieux”. Honnêtement, je ne pouvais pas rêver mieux. Bien sur que je flippe toujours de voir ce temps qui passe, mais de toutes façons y a pas le choix. Alors autant l’appréhender sereinement non ? C’est également l’heure du (petit) bilan, je n’ai aucun mal à avouer une frustration niveau professionnel mais j’aurais voulu avoir le beurre, l’argent du beurre et le crémier. On ne se refait pas.

Et puis au loin (mais de plus en plus proche) j’aperçois les 30. Dans moins d’un an, je change de dizaine. J’y pense car demain, une amie chère franchira ce nouveau cap. 30 ans c’est rien, 30 ans c’est beaucoup. 30 ans c’est le moment de dire pour de bon “je me sens bien”.

Je vous souhaite une belle semaine !

D.