Merci Maîtresse, Merci Atsem !

Cette année, je séchais complètement sur les cadeaux de remerciement pour la maîtresse et l’atsem de Miss G. Ce n’est pas une obligation mais l’équipe enseignante dans son école est vraiment top et lui a permis de s’affirmer, de prendre confiance en elle, aussi nous avions à coeur de marquer le coup.

Une de mes amies est instit’ et je crois savoir que les cadeaux utiles lui plaisent particulièrement alors j’ai pensé comme si je lui préparais un cadeau.

Un petit tour chez Hema, et j’ai trouvé mon bonheur avec ces trousse, gommes, badges, stylos et bougies personnalisées avec les très jolis printables de chez Meyeve :

IMG_4771 IMG_4774

Je vous soumets l’idée car pour quelques euros, ça peut faire son petit effet…

Bonne soirée !

D.

L’arnaque de la fête des pères (cadeau express inside)

Cette semaine en papotant avec ma copine Astrid, je me suis souvenue que j’avais prévu de faire un petit DIY avec Miss G pour la fête des pères.

Mais mercredi, avant de nous mettre à L œuvre, nous sommes allées chercher le cadeau de mon papa à moi. Mine dubitative de ma fille : “Heuuuu c’est pas la fête des papys mais la fête des papa.

-Oui mais Papy, c’est mon papa.”

Mine étonnée, grands yeux, bref je pense qu’il va falloir faire un petit arbre généalogique pour remettre tout ça au carré.

“Mais il va être triste mon papa s’il n’a pas de cadeau” (oui alors bizarrement ça n’a gêné personne pour la fête des mères, heureusement que ma maman a toujours une petite pensée pour moi).

Dans le magasin, j’ai tergiversé mille ans (au moins) sur la taille du modèle, la couleur. De retour à la maison, je montre le polo choisi à ma moitié qui a bien plus le compas dans l’œil que moi.

Tant qu’à faire, il l’essaie, pour mieux se rendre compte (ils n’ont absolument pas la même silhouette mais bon). Hoooo trop cool, le joli polo lui va à merveille.

Bon, ba je lui laisse. Ça fera son cadeau de fête des pères (hum

Hum). Et je retourne vite en trouver un autre pour mon papa.

Et sinon, on a fait notre petit cadeau maison avec Miss G, grâce à la fiche super sympa de Maman fait la dinde : 


Vous nous montrerez les votres si vous en faites ?!

Bonne journée et bon we,

D.

Survivre à l’arrivée d’un nouveau né

bébé maman

En voilà un titre bien ambitieux. Je vais être honnête, je n’ai aucune solution universelle et je n’ai pas la prétention de vous proposer un guide pour traverser les premières semaines qui seront forcément houleuses.

En revanche, je vous propose de découvrir ce qui nous a aidé, et pourquoi pas, de les essayer :

  1. Prendre l’aide qu’on nous propose : à la naissance de Baby O, son papa n’a pas pu poser les jours de congé paternité. Alors quand ma maman m’a proposé de venir à la maison une petite semaine, j’ai tout de suite dit oui. Pour une control freak comme moi, la spontanéité de ma réponse fut étonnante mais quel bonheur d’avoir eu ma maman à mes côtés pour me permettre d’aller chercher Miss G ou de courir chercher des courses de dernière minute, et surtout pour m’aider au quotidien dans les tâches ménagères, la cuisine, les filles… (et je vous assure que cela ne perturbe pas du tout la mise en place de la relation avec votre bébé, si chacun remplit son rôle sans déborder sur celui des autres bien sur).
  2. D’ailleurs, pour éviter de courir partout après la naissance, j’aurais dû mieux préparer la venue de mon deuxième bébé. Oui, sa chambre était prête mais je ne m’étais pas assez projetée sur les équipements et je me suis retrouvée à acheter une baignoire plus petite et mieux adaptée, à détartrer le bib’expresso à la dernière minute… J’étais sûre que ça pouvait attendre son arrivée mais visiblement, les hormones ont mis mon cerveau sur OFF les derniers mois. J’aurais du anticiper à fond, m’imaginer avec le bébé dans les situations du quotidien, cela m’aurait permis d’économiser de l’énergie.
  3. Essayer de ne pas prendre de retard : le biberon est fini ? Je le lave de suite. Ca ne prend que quelques minutes et permet de ne pas laisser les trucs chiants s’accumuler pour ainsi, ne pas être (trop) débordé. Idem pour les repas : si je n’avais pas eu d’aînée à gérer, j’aurais mangé tous les jours sur le pouce sans me prendre la tête mais là, il fallait faire un minimum d’efforts. J’ai privilégié les plats consistants que je pouvais préparer à l’avance et super rapides à faire (poulet basquaise, sauté de veau, rôti en cocotte). En vingt minutes c’était plié et au moment du repas je n’avais pas à stresser, il fallait juste réchauffer (oui alors ce n’étais peut être pas les recettes complètement traditionnelles mais vous saisissez l’idée)
  4. Dormir : je ne vais pas vous dire de dormir quand ils dorment, moi je n’ai jamais réellement réussi car il faut bien avancer. Mais je me suis écoutée et quand je me sentais naze, je laissais les loisirs (le blog, les lecture, les séries…. vous voyez de quoi je parle ?) ou les tâches ménagères de côté pour tenter de récupérer.
  5. Se coucher tôt : les premières semaines, dès que Miss G était au lit et que Baby O avait fini sa putain de crise du soir, je filais me coucher. Je crois que c’est ce qui m’a sauvée, vraiment. Il y a même un soir où je me suis couchée à 20h30, avec mon bébé en écharpe, assise dans mon lit.
  6. Parler : dire quand on en a marre, quand on se sent dépassée, quand on a le moral en berne. Ne pas avoir honte d’angoisser pour des trucs à la con et oser pleurer quand les hormones font les montagnes russes. Dire à sa moitié ce qu’on attend de sa part, et se répartir les missions.
  7. Préparer les nuits : Baby O a passé quelques semaines dans notre chambre. Chaque soir, avant d’aller me coucher, je préparais un sac avec les biberons de la nuit, déjà remplis, et les doses de lait. J’avais monté le bib expresso dans ma chambre, aussi je ne me levais presque pas. Et je la changeais une fois sur deux, sauf cas de force majeure (elle n’a eu aucun problème, ses fesses vont bien).
  8. Préparer les journées : dans la même idée, je préparais les doses en avance, ainsi que les biberons. Comme cela, je gagnais du temps quand c’était l’heure H.
  9. Lâcher prise sur le reste : accepter que le linge ne soit pas repassé toutes les semaines, laisser de côté certaines tâches ménagères par forcément primordiales et se concentrer sur l’essentiel : les enfants. Ca m’a fait un bien fou au moral de ne plus me foutre une pression de dingue, complètement inutile.

Voilà, je ne trouve pas de dixième “tip”… Mais j’espère très sincèrement que mon expérience pour vous aider pour les premières semaines avec bébé.

A très vite,

D.

 

Bouge ton corps

motivation sport

J’ai pas mal de billets en brouillon, notamment sur ce qui m’a aidée pour l’organisation les premières semaines avec Baby O et sur ma récente reprise, mais je ne leur trouve pas la tournure qui me plait. Je n’aime pas les donneurs de leçons et je ne veux surtout pas vous sortir un “guide”, je ne suis personne pour donner la marche à suivre.

Alors j’ai choisi de revenir par ici pour vous parler de ma nouvelle résolution : faire du sport. Mais pas une petite séance d’abdos par ci, par là. Je me lance dans le Top Body Challenge, tout en prenant soin de ne pas trop visiter le compte instagram de sa créatrice, histoire de ne pas déprimer.

J’ai eu la chance de presque retrouver rapidement mon poids d’avant bébé, je remets mes fringues mais… l’ensemble ne me va pas. Je voudrais des bras plus toniques, un ventre plus ferme. Je n’ai pas la possibilité d’aller courir, encore moins d’aller à la piscine, alors ce genre de programme, réparti sur trois jours, me convient niveau organisation puisque je peux faire les séances à la maison. Nous cherchons un rameur pour les séances cardio, si vous avez des suggestions, je prends !

J’ai commencé le TBC ce soir, je dois vous dire qu’un exercice m’a paru particulièrement violent pour le périnée alors je l’ai modifié. J’aimerais éviter de dire bonjour à mes organes. J’ai également décidé de modifier mon alimentation en privilégiant les légumes le soir et en évitant les féculents. Je les garde pour le midi avec les protéines.

Si j’ai choisi de vous en parler, c’est pour éventuellement se motiver à plusieurs (coucou Requia). Alors si ça vous dit, faites-moi signe !

D.