Deux soeurs

J’avais envie de vous raconter une journée type à la maison, avec deux petites filles. Je ne connais pas trop les relations fraternelles car mon frère et moi n’avons pas grandi ensemble. En effet, nos parents ne sont pas séparés mais nous avons un écart d’âge assez conséquent alors nous n’avons pour ainsi dire rien partagé de notre enfance, puisque j’étais quasi ado lorsqu’il est né.

Aussi, je suis toujours en admiration devant la relation que se créent mes filles. Mais je dois reconnaître que c’est une relation assez… déconcertante 😉

Elles peuvent jouer paisiblement ensemble pendant plusieurs heures, puis partir en vrille pour une raison qui bien souvent m’échappe et après une bonne dispute, se rabibocher.

Résultat de recherche d'images pour "gif bored"

Petit florilège de ce que j’entends (et qui me fait souvent marrer en secret) :

-Arrête de me regarder !!! Mamaaaaan, elle me regaaaaarde (crime suprême !!!!)

-T’es plus ma copine

-T’es méchante !! Très trèèèèès méchante

-T’es un bébé cadum (et ce n’est pas forcément celle qu’on croit qui le dit !)

-T’as pris ma place !!! Mamaaaaan, c’est MA place sur le canapé !

-Arrête de me toucher !

-Arrête de me coller / de tout faire comme moi / de regarder la même chose que moi

-Ho, c’est ce jouet que tu voulais que je te prête (sur un ton hyper doux) ? Hé bien c’est non (tout de suite, le ton devient plus ferme !)

-C’est MA maman !

-Han laalaaaaaa, je vais le diiiiiiire

-T’es pas gentille

Et ça peut durer quelques minutes ou bien…. toute la journée ! Mais tout à coup, sans qu’on sache d’où ça leur vient, le calme les gagne. Et on les entend rire aux éclats alors que trois secondes avant, elles se comportaient comme des chiffonnières. La complicité reprend le dessus et je ne peux que m’attendrir devant ce joli spectacle. Et laisser mes oreilles se reposer !!

Et chez vous ? ça se passe comment ?

PS : si vous aimez ce billet, n’hésitez pas à le partager 😉

 

 

Mais quand avons-nous lâché nos rêves ?

Récemment j’ai revu le film “Jour J” de la talentueuse Reem Khereci. D’ailleurs, on nous a récemment prêté une certaine ressemblance (que je cherche encore) mais je peux vous dire que ça m’a fait la journée.

Résultat de recherche d'images pour "gif happy"

Dans ce film, on la voit très souvent avec sa petite fille intérieure, c’est un peu le fil conducteur qui nous permet de comprendre pourquoi son personnage est comme ça. Et forcément, j’ai pris la main de ma petite fille intérieure, à moi, quand le générique de fin s’est affiché.

Résultat de recherche d'images pour "jour j film"

Qu’est ce qu’elle espérait, cette petite fille ? Tellement de choses… Elle voulait avoir un mari gentil, beau, attentionné (ça, c’est coché !), avoir des enfants (l’inconsciente) et être heureuse. Pour le moment, on a tout bon. Mais elle rêvait de plein d’autres trucs ! Elle voulait être styliste, ou avocate. Peut-être maîtresse d’école / prof de langues. Ou traductrice. Et pourquoi pas écrivain ? Bosser dans la comm’, avoir sa propre agence de relations presse (Samantha Jones ^^), ne dépendre de personne et gérer sa boîte. En regardant l’héroïne du film,  à la tête d’une agence de wedding-planning, je me suis souvenue que je m’imaginais comme ça quand j’étais ado : working girl, menant de front sa vie pro et perso sans avoir de patron (avec un look plutôt sympa mais je ne me déçois pas trop sur ce point là).

Mais alors… à quel moment ça a planté ? Je ne saurais même pas le dire. Mais suite à une discussion avec une collègue puis à un post en story sur IG, je me suis aperçue que nous étions très nombreuses à avoir lâché la main de notre petite fille intérieure.

Les réponses que j’ai reçues étaient toutes unanimes : il est ultra difficile de garder ses passions  ou d’atteindre avec le quotidien et les contraintes financières nous poussent la plupart du temps à oublier les rêves que nous avions. Pour ma part, je n’ai personne à blâmer, à part moi-même : j’ai fait mes choix, je les assume. Ils me mèneront tôt ou tard là où je veux être. J’ai juste pris un chemin un peu plus long que prévu.

Mais alors (bis repetita) : pourquoi certaines y arrivent ? Est-ce qu’elles ont sacrifié quelque chose que nous avons, au profit de leur épanouissement personnel / professionnel ? Ont-elles fait une croix sur leur vie de famille ? Personnellement, je ne le crois pas. Je reste persuadée que si on ne lâche rien, on obtient tout ce qu’on veut. Peut être pas tout de suite, bien évidemment je ne vais refermer mon ordinateur et rédiger une lettre de démission pour me lancer dans un nouveau projet.

Je garde en tête que tout vient à point à qui sait attendre.

Et vous ?!