Instagram VS ma vie

instagram vs reality

Crédit photo : Celeste Barber

J’ai vu ce WE un sketch de  Florence Foresti au sujet d’Instagram et comme à son habitude, elle a visé juste. Non mais c’est vrai ! Si je fais ma vie VS Instagram au premier degré, il y a de quoi déprimer sévèrement…

Il y a les fit girls super gaulées qui arrivent à te faire oublier à quel point tes efforts à la salle paient. #onlâcherien

Il y a celles qui ont toujours bonne mine, qui semblent avoir 10 ans de moins que toi (alors que non), alors que si essaies de faire un effort de maquillage, tu ressembles à ET pendant sa soirée d’Halloween #makedown

Il y a ceux qui font des plats et des desserts qui te font trop envie, mais si toi tu essaies, ça ne ressemble à rien (true story : cette semaine j’ai voulu faire une recette de soupe qui était orange sui la photo, hé bien la mienne était verte).  #topchef

Il y a les déco de maison témoin, dans des surfaces avoisinant celles d’un entrepôt, avec des détails dignes d’un professionnel. Et le pire, c’est le hashtag “diy”, ou encore “action”. Non parce que personnellement, quand je vais chez Action, je ne trouve jamais ce genre de trucs pour décorer ma maison. Mais les gens d’IG savent dénicher l’objet rare ou bien sublimer le banal. #essaieencore

Il y a les blogueuses qui ont des milliers de followers. Elles sont arrivées avant-hier (j’exagère à peine ^^) alors que toi, t’avoisines la décennie sur la toile et tu n’en a même pas 500. #echec

Il y a ceux qui sont toujours en vacances. Pas au chômage dans la Creuse hein. Ceux qui sont à Dubaï, aux Maldives, qui font des photos de folie furieuse dans des endroits ou tu n’iras peut-être jamais. Tu te demandes dans quoi ils bossent et là tu lis leur légende “tout ça, c’est grâce à vous” #globeloser

Il y a les nana super lookées avec du H&M, alors que tu penserais que ça sort de chez un créateur. Toi, tu mets tes fringues le matin et ça passe. Elles, on dirait qu’elles font la couv’ de Vanity Fair. #glamourunjour

Il y a les photos de couple ultra glamour. Toi, si tu arrives à avoir une photo où vous souriez en même temps & où les gosses ont bien cadré, tu peux t’estimer plus qu’heureuse. Eux, c’est le Festival de Cannes #patrick PASdemarchelier

Moralité : mieux vaut ne pas trop traîner sur IG !

Nos sorties cinéma du mois

Au programme pour nos sorties cinéma : La reine des neiges 2, La famille Addams et Jumanji : Next level !

cinema la reine des neiges 2

La fin d’année est l’occasion de découvrir le nouveau volet de La reine des Neiges, tant attendue par ma petite qui adore l’histoire des deux soeurs. Pour ce dessin animé, nous étions deux mamans et quatre petites filles de 3, 4, 5 et 8 ans. La plus grande y est allée en traînant les pieds et pourtant… tout le monde a aimé ! Enfin, nous les adultes, nous serions bien passées de l’entêtant “Dans un autre monde“; presque pire que “Libérée, délivrée“, c’est dire… Mais les images sont très belles, l’émotion est toujours présente et la relation d’Anna et Elsa encore plus forte.

cinema la famille addams 2019

Autre sortie ciné, cette fois-ci juste avec mes deux filles (8 et 4 ans) : La famille Addams. Je n’étais pas particulièrement attirée, mais ma grande a vu l’affiche et m’a dit “ça a l’air troooop bien !“. J’ai trouvé les critiques hyper sévères, le dessin animé se regarde bien, il n’est pas trop long (une toute petite heure et demie) et les filles ont ri à plusieurs moments. Malgré tout, ma petite a eu du mal à rester concentrée le dernier quart d’heure (contrairement à la séance de la reine des neiges, plus adaptée à presque tous les âges). Il y a une jolie morale : ne pas se fermer aux autres, essayer de les découvrir et ne pas juger. L’histoire n’était pas trop démago pour une fois. Pour moi, certaines blagues ne sont pas accessibles aux moins de dix ans. En tous cas, elles m’ont dit que c’était super et… trop court !

J’ai adoré faire découvrir le Jumanji original à mes enfants et mon frère. J’ai été moins emballée par la version moderne, même si les filles ont adoré. Ma grande a eu le plaisir et la chance de voir le tout dernier opus en 4DX. C’était dément ! Son papa a également passé un bon moment et malgré mes a priori, ce n’est pas “too much” (bon… ça reste du grand spectacle tout de même). Si vous avez la possibilité de le voir en 4DX, courez-y ! J’ai longuement entendu parlé d’une scène incroyable avec un hippopotame ^^.

Je vous souhaite de belles séances en famille !

 

 

“Ce n’est vraiment pas simple pour nous, les femmes” – concilier sa vie pro et perso

Je ne vous apprends rien, quand on est parents et surtout quand on est mère : il est difficile de concilier sa vie pro & sa vie perso.

Dernièrement, j’ai rencontré une nouvelle collègue hyper dynamique, qui semblait vouloir s’investir à fond dans ses nouvelles fonctions. Simplement, après une semaine de formation, elle a du mettre fin à son contrat. La raison ? Son enfant ne s’adaptait pas à la crèche. De plus, elle n’avait possibilité de ne le laisser que 4 jours par semaine. Alors elle a du partir, puisqu’elle ne pouvait pas se libérer chaque après midi pour aller le récupérer, et qu’elle n’avait pas de solution pour le jour OFF de la crèche.

Nous en avons bien évidemment parlé en interne, et ma N+1 a conclu en disant “non, vraiment, ce n’est pas simple pour nous, les femmes“.

Et c’est malheureusement tellement vrai ! On a beau dénoncer la charge mentale, assumer nos envies de travailler / avoir du temps pour nous, chercher à nous affranchir de nos rôles de mères… la société, les mentalités ne nous aident pas tant que ça. On démocratise le télétravail, mais pas partout. On regarde trop souvent de travers celles qui sont à temps partiel. On tousse quand la comptable pose un jour enfant malade, on râle si le gosse ne se remet pas vite. “Et le papa, il ne peut pas poser de jour ?”. Parlons-en ! Devinez pourquoi les papas ne posent souvent pas de jours OFF dans ces cas là : car ils ont bien plus souvent des postes à responsabilités ou sont tout simplement mieux payés, et qu’il n’est pas toujours évident de sacrifier plusieurs jours de salaires quand on n’a plus de CP.

concilier vie pro vie perso

Oui, Michel, je vous prépare le compte-rendu et j’arrive

La verité, rien que la verité

Parfois je songe à donner des conférences auprès des classes en études supérieures pour leur dire ce qu’il se passe de l’autre côté du miroir, non pas pour les effrayer, mais pour les préparer et les armer :

“Ok les filles, vous étudiez pour faire un boulot qui vous plait. Une fois que vous l’aurez décroché (si vous y arriver), accrochez-vous après le retour du congé maternité ! Tout d’abord, ne laissez personne sous entendre que vous serez moins investie / productive. Et battez-vous pour votre famille, imposez vos choix, vos règles du jeu au travail. Montrer que vous êtes dans le game, et que vous êtes des guerrières.”

Est-ce que je rêve, ou est-ce que ça arrivera un jour ?

P.S : je sais que les pères sont investis dans la vie de famille (je glorifie mon mari chaque jour), le débat n’est pas là. J’espère que vous l’aurez compris !