Comment survivre au confinement

Amis défenseurs du premier degré, ce billet ne sera pas fait pour vous (vous êtes prévenus !).

Il paraît que nous allons rester encore 5 semaines chez nous, aussi je me suis dit qu’une petite liste de tips pour éviter de partir direct en hôpital psychiatrique serait d’utilité publique (au moins). Si vous pensez qu’on ne peut pas rire de tout pendant cette période de confinement, il est encore possible de partir.

*LA règle de base : s’habiller !! non, on ne traîne pas en pyj ou en legging toute la journée. Sauf si on a envie de ne pas se voir prendre 15 kilos. Ou bien n’oubliez pas le conseil ci-dessous :

@ameliedailylife sur IG

 

*débrancher les news : de toutes façons, on entend parler du coronavirus toute la sainte journée (salut Gérald), aussi vous pouvez ne vous contenter que d’une fois par jour.

*s’abonner à des comptes qui font marrer : j’aime beaucoup suivre sur IG Zoe la modeuze, je viens de découvrir Les. Caractères qui me fait mourir de rire…

*faire du sport (rapport à la la règle de base) mais aussi pour le moral. A noter que les défis à réaliser en couple, en mode “je suis trop bonnasse et mon mec est super baraque” (siiiii, vous voyez très bien de quels défis je parle) sont assez risqués et qu’il n’est peut être pas opportun de finir aux urgences en ce moment.

*éviter de céder à la tentation du yoga, même si la situation est anxiogène : j’ai lancé une vidéo de kundalini yoga. J’ai explosé de rire. Pas sûre que c’était l’effet recherché. Sont perchés, non ?

*s’autoriser à passer du temps sur les réseaux sociaux (parce que mine de rien, on les critique, mais ça permet de garder le lien et de voir passer des conneries qui donnent le sourire). M’enfin, faites gaffe tout de même :

*essayer de trouver des solutions pour la patrie et le monde entier :

*en profiter pour apprendre à faire des trucs. Par exemple, j’ai appris à faire les spritz. Comme ça, si on finit comme dans la Servante écarlate, je pourrai postuler en tant que barmaid dans le bar clandestin.

*c’est aussi le moment de savoir si vous avez fait le bon choix (et de prendre vos précautions) :

Merci à Internet qui regorge de memes qui me font marrer, qui me font passer le temps quand j’ai ENFIN le temps de ne rien faire. J’ai choisi de prendre le positif dans ce confinement, je prends cela comme des vacances, sans pour autant faire n’importe quoi. Je reste chez moi, j’ai la chance d’être en bonne santé, de n’avoir personne en danger et je profite de cette période inédite (comme ça, j’aurai rattrapé tous les mercredis que je ne passe plus avec mes enfants). On passe du bon temps tous les quatre, c’est une parenthèse qui fait du bien.

Je vous laisse avec un petit florilège des autres trucs vus sur la toile, merci à ma copine Une Parisienne à Vincennes chez qui j’ai piqué la plupart :

 

Le « bon »finement

On y est…. confinement pour une durée encore indéterminée (même si on murmure assez fort qu’on en a pour 45 jours).

Après les blagues sur le fait de se retrouver enfermés pendant tout ce temps (certaines sont d’ailleurs très drôles !), il a fallu se rendre à l’évidence : cette période va être looooongue.

Mais nous avons décidé de la mettre à profit. Tout d’abord nous avons la chance d’être en maison avec jardin. Avec le beau temps qu’il a fait cette semaine, ce fut plus qu’appréciable. Les enfants s’y inventent des histoires et nous pouvons bosser à l’intérieur. Je dois d’ailleurs avouer que j’ai un peu craqué au niveau du ménage…. oui parce que des journées à rester au même endroit ça te fait faire des trucs bizarres (comme nettoyer le carrelage mural de la salle de bain ou encore l’intérieur des prises).

Au moins, la Monica Geller en moi se sent accomplie. L’objectif principal de cette période est de continuer le sport pour ne prendre 1 kilo par jour (quoi j’exagère ?). Pour le moment, je n’ai pas commencé les recettes de gâteaux. J’attends….. on mange équilibré, je fais du sport et des étirements avec les enfants. De quoi limiter la casse à 500 grammes / jour :-p

Mais comme dit ma grande : ça fait du bien de se retrouver en famille et de prendre le temps de profiter de la maison. C’est le « bonfinement ». On sait bien, que ce ne sont pas des vacances. Personnellement j’ai choisi de prendre ça comme une opportunité de rester en bonne santé et de protéger les autres. Et puis, je me plains toujours de ne pas avoir assez de temps : là, j’en suis RICHE ! Même blindée…. un jour, tout ceci ne sera qu’un lointain souvenir. J’espère que cette situation inédite ne se répétera pas. Alors pour le moment, j’en profite.

Restons chez nous… plus on respectera cette mesure, moins on devra s’y contraindre.

Bon courage à tous !